Au lycée autogéré de Paris, Camoun_A jouait à cache-cache avec ses profs. Elle n’aimait pas l’école. Mais un jour où elle ne savait plus où aller, elle franchit la porte du labo et y découvrit avec curiosité une lumière rouge au-dessus de photos qui séchaient. Le lendemain, négatifs en poche, seule dans la chambre noire, elle commençait à trouver de l’intérêt au fait d’avoir deux mains et deux yeux. Sa grand-mère apparut dans le bac du révélateur et l’encouragea dans cette voie. Jours après jours, ses tirages étaient meilleurs. Alors elle sortit du Labo, s’essaya à la prise de vue et rata un grand nombre de pellicules.

Attirée par le théâtre et le cinéma, Camoun_A décida de devenir comédienne, jouant dans divers longs-métrages et créations théâtrales, ou ressuscitant Amy Winehouse dans un duo musico-burlesque. Elle s'essaya aussi à la réalisation de court-métrage, fabriquant pas moins d'une dizaine de films. Pour autant elle ne mit pas la photographie de côté. Toujours un appareil pas loin, un argentique en général. Camoun_A shoote la rue, les gens, son chien, les reflets, la lumière mouvante, les corps nus, son corps nu, son bébé.


Le plus important pour elle est de donner une émotion, raconter une histoire, simplement mais avec honnêteté. Et puis c’est surtout explorer l'humain, le corps naturel, la peau, saisir une vérité qui ne se verrait pas à l’œil nu, l’immortaliser.
Depuis 15 ans, Camoun_A photographie tous les jours. Prendre une photo c’est se chercher, se questionner et se tromper, se découvrir, s’apprendre avec l’autre ou seule, c’est ne plus penser et faire, c’est saisir l’instant, le mouvement, lui donner lumière et poésie. La photographie, c’est garder mémoire de ce qui était, de ce qui est et de ce qui a changé. L’image, c'est ce qu'il nous reste.